Ce qui est en jeu.

Votre liberté

Grâce à la libre circulation des personnes, nous pouvons aujourd’hui vivre et travailler à Paris, Berlin ou ailleurs au sein de l’Union européenne. L’initiative de l’UDC nous enlèverait cette liberté. Nous nous enfermerions et limiterions nos opportunités.

Votre emploi

L'Union européenne est le plus grand marché intérieur du monde. En Suisse, un emploi sur quatre dépend de cette ouverture des frontières avec l'UE. De bonnes relations avec elle sont à la base de notre prospérité. Si l’initiative de l’UDC devait être acceptée, de nombreuses petites et moyennes entreprises seraient mises en grande difficulté.

Vos amours

La vie amoureuse de centaines de milliers de Suissesses et de Suisses dépasse les frontières de notre pays. Aujourd'hui, elles et ils peuvent facilement vivre ensemble avec leur partenaire issu∙e de l'Union européenne, que ce soit en Suisse ou dans l'UE. L'initiative de résiliation veut aussi nous priver de cette liberté.

Vos recherches

En tant que partie intégrante des pôles de recherche européens, la recherche scientifique suisse est devenue l’une des meilleures du monde. L’initiative de résiliation limiterait les capacités de travail de nos scientifiques, leur accès aux fonds de recherche et remettrait en question leur place parmi les meilleurs.

Vos études

La valeur des séjours d'études en Europe n'a pas de prix – des contacts se nouent, l'horizon s'élargit et les connaissances s’approfondissent. Une Suisse prospère et ouverte sur le monde ne peut exister que si les jeunes peuvent acquérir une expérience internationale.

Vos racines

La Suisse est chez elle en Europe, que ce soit aux niveaux historique, géographique, politique, culturel ou encore économique. Jamais depuis 1291 nous n’avons été si bien connecté∙es en Europe; jamais nous n’avons eu d’aussi bons voisins qu’aujourd’hui. Notre avenir est dans et avec l'Europe et il est en jeu.

Votre liberté

Grâce à la libre circulation des personnes, nous pouvons aujourd’hui vivre et travailler à Paris, Berlin ou ailleurs au sein de l’Union européenne. L’initiative de l’UDC nous enlèverait cette liberté. Nous nous enfermerions et limiterions nos opportunités.

Votre emploi

L'Union européenne est le plus grand marché intérieur du monde. En Suisse, un emploi sur quatre dépend de cette ouverture des frontières avec l'UE. De bonnes relations avec elle sont à la base de notre prospérité. Si l’initiative de l’UDC devait être acceptée, de nombreuses petites et moyennes entreprises seraient mises en grande difficulté.

Vos amours

La vie amoureuse de centaines de milliers de Suissesses et de Suisses dépasse les frontières de notre pays. Aujourd'hui, elles et ils peuvent facilement vivre ensemble avec leur partenaire issu∙e de l'Union européenne, que ce soit en Suisse ou dans l'UE. L'initiative de résiliation veut aussi nous priver de cette liberté.

Vos recherches

En tant que partie intégrante des pôles de recherche européens, la recherche scientifique suisse est devenue l’une des meilleures du monde. L’initiative de résiliation limiterait les capacités de travail de nos scientifiques, leur accès aux fonds de recherche et remettrait en question leur place parmi les meilleurs.

Vos études

La valeur des séjours d'études en Europe n'a pas de prix – des contacts se nouent, l'horizon s'élargit et les connaissances s’approfondissent. Une Suisse prospère et ouverte sur le monde ne peut exister que si les jeunes peuvent acquérir une expérience internationale.

Vos racines

La Suisse est chez elle en Europe, que ce soit aux niveaux historique, géographique, politique, culturel ou encore économique. Jamais depuis 1291 nous n’avons été si bien connecté∙es en Europe; jamais nous n’avons eu d’aussi bons voisins qu’aujourd’hui. Notre avenir est dans et avec l'Europe et il est en jeu.